Historique

La question des locaux pour les organismes communautaires de Pointe‑aux‑Trembles était fondamentale. L’absence de locaux était en effet une source continuelle de préoccupation pour les organismes communautaires et aussi pour d’autres types d’organismes à caractère sportif et culturel. Certains organismes devaient s’héberger à l’extérieur du territoire faute de locaux adéquats. D’autres regardaient passer les opportunités de développement sans pouvoir les saisir parce que les locaux dont ils disposaient étaient déjà trop petits et que les possibilités d’en trouver d’autres à leur convenance étaient, à toutes fins pratiques, inexistantes. D’autres encore ont dû même abolir des postes pour payer le loyer.

Le Centre communautaire Le Mainbourg a constitué la solution qu’a privilégiée le milieu pour résoudre un problème qui durait depuis trop longtemps déjà: le manque de locaux adéquats à un prix raisonnable pour les organismes communautaires de Pointe-aux-Trembles. Un défi colossal attendait les organismes communautaires. Leur rêve devait prendre forme. Mais, comment trouver près de 10 M$ pour un organisme qui n’a aucun historique de crédit ? En fait, pour un organisme qui n’a aucun historique… Un organisme qui doit être créé !

Le défi supplémentaire a été aussi de vouloir rénover un bâtiment délaissé. Il aurait été moins dispendieux de construire à neuf, sur un terrain vierge ; et aussi beaucoup moins complexe. Aucune institution financière n’a voulu s’engager pour la phase de rénovation avant la phase de démolition. Mais malgré tout, la conservation du patrimoine bâtie était un des axes majeurs de décisions. Nous étions convaincus que c’était la direction à prendre.

Après sept années d’opération, nous avons la preuve à tous les mois que nous avons pris la bonne décision. Sur une base régulière, des gens viennent voir le lieu où ils ont été adoptés ; des gens viennent voir où ils ont adopté leur enfant ; des gens viennent voir où ils ont travaillé à prendre soin des enfants, etc.

Les autres axes de décisions ont été la concertation, la synergie et les besoins de locaux adéquats et abordables. Le tout dans le but ultime d’offrir des services à la population du quartier, en aidant des organismes qui offrent ces services.
HISTORIQUE DE L’IMMEUBLE avant la Corporation Mainbourg (1934 à 1995)

1934    L’édifice est inauguré le 29 août sous le nom de Crèche Saint-François. Elle relève des Filles Réparatrices du Divin Cœur.

1951    Deux étages additionnels sont ajoutés à l’aile centrale de l’édifice.

1953    Trois autres étages sont érigés.

1959    La chapelle, l’auditorium et l’infirmerie sont construits.

1969    La Crèche devient l’école de puériculture.

1975    En septembre, le ministère de la Santé et des Services Sociaux (MSSS) achète l’édifice et lui donne le nom de Centre le Mainbourg. Il s’agit d’un internat de réadaptation et d’un centre de transition. Il reçoit aussi entre 60 et 90 enfants âgés de 0 à 6 ans qui sont privés de leur famille.

1994    Le Centre d’accueil Le Mainbourg ferme ses portes. Les enfants sont transférés au Centre Dominique Savio Le Mainbourg, sur la rue Saint-Hubert à Montréal. Seule la garderie Mademoiselle Pluche y demeure.

HISTORIQUE DE LA CORPORATION MAINBOURG (1995 et +)    

Le Centre communautaire Le Mainbourg: une solution
L’histoire de la Corporation Mainbourg débute à la fin de l’année 1995 alors qu’un groupe d’organismes communautaires propose de donner une nouvelle vocation à l’édifice de 90 000 p2 appelé Centre Le Mainbourg. Le gouvernement du Québec venait d’annoncer qu’il n’avait plus besoin de cet édifice après l’avoir utilisé pendant 20 ans comme centre jeunesse. Auparavant, le bâtiment a abrité la Crèche Saint-François d’Assisse pendant 40 ans.

On veut alors en faire un centre communautaire et de loisirs, où les organismes occuperont des locaux répondant à leurs besoins. En 1998, La Corporation Mainbourg est officiellement créée sur l’initiative de la CDC de la Pointe – Région Est de Montréal, et sa mission à cette époque, se résume simplement à acquérir le bâtiment, le rénover et en assumer la gestion.

Le 25 mai 2000, la Corporation Mainbourg et la Maison des Cols bleus deviennent copropriétaires de l’édifice, et en 2001 les Cols bleus se retirent du projet. C’est sept ans après le début du projet, soit en 2002, que plus d’une douzaine de partenaires financiers s’engagent pour assurer le financement du projet ; dont le gouvernement du Québec et celui du Canada, par le biais du programme Travaux d’infrastructures Canada Québec 2001. Les travaux de démolition s’exécutent donc en 2002. Tout l’intérieur du bâtiment est démoli. La rénovation quant à elle débutera dès janvier 2003, pour se terminer en décembre de la même année.

En 2005, la rénovation des ¾ du 4e étage sera complétée pour un investissement supplémentaire d’environ 650 000$.

Coût du projet total : 9,6 M$
Les réalisations principales de la Corporation Mainbourg ont demandé des investissements de plus de 25 M$.
Après le Centre communautaire le Mainbourg, le projet les Clairières du Mainbourg  a été réalisé. Ce projet est un complexe domiciliaire de 175 logements communautaires, situé à l’arrière du Centre Mainbourg voués aux familles et aux personnes âgées.

HISTORIQUE DES CLAIRIÈRES DU MAINBOURG 
Les Clairières du Mainbourg (175 logements)

2003    Le 10 décembre se tient le conseil d’administration de fondation des Habitations communautaires Mainbourg.

2004    Le 17 février sont enregistrées les lettres patentes des Habitations communautaires Mainbourg.

2005    En août, engagement conditionnel pour 175 logements (Programme Accès logis).

2005    En automne, le projet est arrêté. Le système d’égouts desservant les futurs logements n’est pas conforme ; ils se déversent directement dans le fleuve.

2006    La Ville de Montréal et l’arrondissement Rivière-des-Prairies/Pointe-aux-Trembles investissent plus de 10 M$ pour relier tous les égouts du pôle Mainbourg à la Station d’épuration.

2006    En août, engagement définitif pour les 175 logements (Programme Accès logis).

2006    En décembre, début des travaux de construction.

2008    En juin, fin des travaux. Le 14 septembre marque l’inauguration officielle des 175 logements.

 

Top